Palmarès de la 69e Berlinale très clivant!

(…)
De manière générale, ne sont ressortis de cette sélection qu’une poignée de bons films, le reste étant de moyen à médiocre, dont le choix incompréhensible de The Kindness of Stangers de Lone Scherfig. Ce film est symptomatique de cette sélection : des films qui seraient très bon ou bon dans un contexte normal de sortie de film mais qui deviennent très moyens en sélection officielle d’une compétition majeure. L’autre marque de cette sélection est l’effet clivant de certains films sur la critique et les festivaliers : cet effet est révélateur d’une certaine vitalité d’un film qui arrive à toucher de manière totalement négative ou positive ses spectateurs, laissant au passage une majorité totalement indifférente à la chose.
En revanche, cette édition a été celles des performances techniques avec beaucoup de prétendants à la meilleure cinématographie, d’excellents travaux de montage et de belles performances sonores.
(…)

Lire la suite

Berlinale Director Dieter Kosslick signs the « 5050×2020 » Pledge

On Saturday, February 9th, 2019, Festival Director Dieter Kosslick signed the « 5050×2020 » pledge to work for increased gender equality at the Festival and the Market. The signing took place in the Meistersaal at the « Gender, Genre and Big Budgets » event, organised by Women in Film and Television (WIFT), and the Dortmund | Cologne International Women’s Film Festival. With « 5050×2020 », the Berlinale commits to working towards equal gender representation in directorships and selection committees by 2020, and to publishing statistics on gender distribution in film submissions and selections.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 – Quote of The Day #2 : le cadeau du cinéaste Wang Quan’an au directeur du festival Dieter Kosslick

Comme nous l’écrivons quasiment tous les jours, cette 69e édition de la Berlinale est la dernière de celui qui l’incarne depuis 18 ans, Dieter Kosslick. Lors de la conférence de presse qui a suivi la présentation de son film Öndög qui concourt pour l’Ours d’or, le réalisateur chinois Wang Quan’an, un invité et récipiendaire régulier de prix au festival, manifestement ému, a tenu à dire ces quelques mots à l’égard de Dieter Kosslick :
(…)

Lire la suite

Berlinale 2019 : la chasse aux Ours d’or et d’argent est ouverte du 7 au 17 février !

Un petit goût de nostalgie plane déjà sur la Potsdamer Platz : cette 69e édition du Festival international du film de Berlin est la dernière de son directeur depuis 18 ans, Dieter Kosslick. Dès 2020, une direction bicéphale reprendra les rennes : Carlo Chatrian, ex-directeur artistique du festival de Locarno, et Mariette Rissenbeek, ex- directrice de German Films.
(…)

Lire la suite

Berlinale Sommer-Spotlight 19. bis 22. Juli: Preisgekrönte Filme unter freiem Himmel

Fast schon Tradition: Wer im Februar Berlinale Highlights verpasst hat, die bislang noch nicht im Kino liefen, kann sie vom 19. bis 22. Juli im radioeins Freiluftkino Friedrichshain in Berlin sehen.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – du 15 au 25 février, la chasse à l’Ours d’or est ouverte !

Avec ses 385 films – de tous genres et formats – présentés dans 12 sections, la Berlinale reste le festival qui rend le plus justement un instantané de l’état du monde et des évolutions artistiques cinématographiques. Toujours très politique, il s’empare des sujets qui agitent l’actualité mais permet également de dévoiler des réalités qui ne font pas la Une de nos différents écrans. C’est également à Berlin que les évolutions cinématographiques s’exposent sans peurs, dans toutes les sections, compétition comprise, mais il est vrai principalement dans une section ouverte à toutes les expérimentations, celle gérée par l’Institut allemand du film et de l’art de la vidéo – Arsenal.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2017: la chasse à l’Ours d’or est ouverte!

Après une année 2016 collectivement difficile dans toutes les régions du monde, le cinéma se fait, comme il se doit, le reflet de l’état de l’humanité mais, si on en croit la programmation de la 67è Berlinale (9-19 février 2017), en l’abordant avec beaucoup d’humour et d’ironie – ne sont-ils pas en effet la politesse du désespoir? comme l’avait un jour suggéré le réalisateur Chris Marker. Pour le directeur du festival Dieter Kosslick, l’apport essentiel de ces films est de ne pas se contenter de faire un simple constat mais d’ouvrir les yeux et une fenêtre sur des perspectives menant à d’autres chemins à suivre.
(…)

Lire la suite

Film d’ouverture de la 62e Berlinale: Les Adieux à la Reine

Benoît Jacquot à fait l’ouverture de la 62e Berlinale avec l’histoire romanesque – le scénario est basé sur le roman de même nom de Chantal Thomas (prix Fémina 2002) – des trois derniers jours de Marie-Antoinette et Louis XVI à Versailles.
(…)

Lire la suite