Réfugiés: Des voies sûres et légales pour sauver des vies

j:mag se joint à l’appel de HEKS-EPER (l’œuvre d’entraide des Églises protestantes de Suisse) et de l’OSAR (Organisation suisse d’aide aux réfugiés), qui va dans le sens du film de Markus Imhoof, Eldorado, présenté hors compétition à la dernière Berlinale, et montre de manière exemplaire cette impossibilité, quelle que soit la situation de la personne, de trouver refuge en Europe de manière légale.

MaB

Les personnes qui fuient la guerre et les persécutions ont droit à la protection de leur vie et de leur intégrité physique. Les plus vulnérables sont piégées dans les régions en crise, sans perspective d’avenir et sans possibilité d’atteindre un pays sûr.
Nous devons ouvrir des voies sûres et légales pour que les personnes réfugiées les plus vulnérables puissent trouver refuge dans un pays sûr et mener une vie digne.
(…)

Lire la suite

68e Berlinale: un palmarès iconoclaste

Étrange Berlinale 2018: beaucoup de bons films mais pas de chefs-d’oeuvres, par contre des choix inexplicables dans la sélection avec des films qui sont presque une atteinte à l’intégrité intellectuelle et sensorielle des spectateurs – on pense ici principalement à Eva de Benoît Jacquot, Mein Bruder heisst Robert und er ist ein Idiot de Philip Gröning et Damsel de David & Nathan Zellner. On pourrait inclure également dans cette face sombre de la sélection Touch Me Not de Adina Pintilie qui certes n’a absolument rien à faire dans cette section mais aurait été parfait dans celle de Forum, mais au moins ce film part d’une démarche artistique, ce que les 3 autres cités semblent cruellement manquer. Seules explications trouvées pour la présence de Eva et Damsel, c’est le besoin de couvrir le tapis rouge de quelques stars brillant de tous leurs feux précédents et bien poli(cé)es, à savoir Isabelle Huppert et Robert Pattinson.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – sélection officielle hors compétition: Eldorado de Markus Imhoof

Six ans après son documentaire plusieurs fois primé sur la mort des abeilles (Des abeilles et des hommes, 2012), le cinéaste suisse Markus Imhoof revient avec un film qui s’empare du sujet des migrants, Eldorado. Devenu presque un sous-genre cinématographique, le film (documentaire et de fiction), aborde, jusqu’à présent, la tragédie principalement du point de vue du bateau (un excellent film de fiction à ce propos dans la section Panorama Special, Styx) et de l’arrivée immédiate dans un premier centre d’hébergement. Avec Eldorado, on va plus loin que le premier centre, on fait le voyage vers les phases suivantes de la quête d’un refuge, d’une aide, d’un peu de dignité humaine. L’impression de vivre dans des mondes parallèles – ce que montrait bien également Fuocoammare de Gianfranco Rosi, Ours d’or du meilleur film en 2016 – est saisissante, mais Markus Imhoof va encore plus loin dans cette dichotomie : il montre que notre quotidien, c’est aussi un western avec toute cette brutalité des rapports humains envers les nouveaux arrivants.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – Quote of the Day #9: Milko Lazarov réalisateur d’Ága

Le cinéaste bulgare Milko Lazarov réalisateur d’Ága, film hors compétition à l’esthétique époustouflante qui se déroule dans l’extrême nord russe et dont parlerons ultérieurement, quand on lui pose des questions sur le sens de certains éléments qui reviennent régulièrement dans le film ou qui semblent symboliques:
(…)

Lire la suite

Berlinale2018 – compétition jour #9: Twarz (MUG/Gueule)/ In den Gängen (In the Aisles/ Dans les allées)

Dernier jour de compétition ! Les deux jours précédents ont été très astreignants, c’est dire si on craignait ce 9e jour. Et comme souvent, c’est quand on ne s’y attend plus, ou le moins, que les petits miracles se produisent. Premier film, Twarz, de la réalisatrice polonaise Małgorzata Szumowska qu’on avait déjà pu apprécier en compétition en 2015 avec don film Body qui traitait déjà d’un sujet sérieux avec beaucoup d’humour. Bingo pour le second film, In der Gängen, un de nos préférés ! Et pour couronner le tout et finir en beauté cette section compétition/hors compétition, le film bulgare à l’esthétique époustouflante, Ága (hors compétition), qui se déroule dans l’extrême nord russe et dont parlerons ultérieurement.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – Quote of The Day #8: Markus Imhoof sur la politique européenne concernant les migrants

Hors compétition était présenté le dernier documentaire, Eldorado, du cinéaste suisse Markus Imhoof sur la crise des migrants, ses tenants et aboutissants (critique à paraître samedi). Voilà ce qu’il dit, clairement, sur la politique délétère de l’Union européenne et par conséquent de la Suisse, puisque dans ce domaine, elle prend y prend part.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #8: Touch Me Not

Les fins de festivals sont difficiles pour les critiques et les programmateurs, même si cela n’est pas facile, devraient faire attention aux placements des films, car cela peut devenir rapidement injuste pour un film, son réalisateur et son équipe quand la patience et l’endurance des journalistes est mise à rude épreuve ! Sont compris dans cette catégorie, les films de trois heures et plus et les films expérimentaux, voire les deux ensembles ! En ce 8e jour, hors compétition, le remarquable documentaire du cinéaste suisse Markus Imhoof – Eldorado – sur un jour peu abordé encore, les causes de cette vague. Nous vous en parlerons ultérieurement. Second film, Museo, dont ma collègue Anne-Christine Loranger a écrit la critique. Dernier film de la journée : Touch Me Not, un film expérimental d’Adina Pintilie.
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – compétition jour #7: Mein Bruder heisst Robert, und er ist ein Idiot (Mon frère s’appelle Robert, et c’est un idiot)

Un seul film en ce 7e compétition aujourd’hui, Mein Bruder heisst Robert, und er ist ein Idiot, ainsi que, hors compétition, le thriller psychologique très attendu de Steven Sorderbergh tourné entièrement avec un Smartphone, Unsane, dont nous parlerons ultérieurement.
Il va falloir commencer à se méfier de ces (longs) titres qui promettent beaucoup, peut-être à cause de la dimension originale et amusante qu’ils portent – mais c’est bien connu, les promesses n’engagent que ceux qui y croient !
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – Quote of the Day #7: Mani Haghighi et son agacement de la vision du cinéma iranien dans le monde

Le film Khook (PIG) était présenté le 20 février en compétition (voir la critique) mais la conférence de presse a été repoussée à aujourd’hui. Déjà en 2016 lors de la présentation de son film également en compétition Ejhdeha Vared Mishavadi (A Dragon Arrives !), on a pu constater que le cinéaste est toujours poli avec les journalistes (au contraire de Joaquin Phoenix) mais pas toujours commode. Si, quand il est question de son film, on peut parfois regretter cette attitude, en ce qui concerne cette question sur le cinéma iranien, on lui donne tout à fait raison!
(…)

Lire la suite

Berlinale 2018 – Quote of the Day #6: Joaquin Phoenix

Même si le film de Gus Van Sant Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot est décevant (voir la critique du jour), il est le premier de cette compétition à montrer un rôle masculin fort. Joaquin Phoenix a donc toutes ses chances pour un Ours d’interprétation. Quant à son attitude en conférence de presse, elle s’apparente également à celle de l’ours quelque peu mal léché de l’expression bien connue. Ses réponses, quand il en a donné, son restées très laconiques, il s’est moqué de questions des journalistes – qui certes ne posent pas toujours des questions intelligentes, mais bon … -, à travers son langage corporel, il n’a jamais caché son ennui à être là, faisant même dos à la salle un moment, mais il faut lui reconnaître la sincérité de cette attitude:
(…)

Lire la suite